// Le Lagon //

Elle en avait envie. De ces envies qui ne lâchent pas. De celles qui vous courent après dans les rues de Barcelone bondées de têtes colorées. Mauves, roses, vertes, bleues.

On a pris rendez-vous à l'adresse indiquée par la demoiselle croisée dans la rue. Sa couleur de cheveux était réussie. Un beau bleu qui faisait un drôle d'échos à cette marque sur son visage.

Le salon de coiffure sembla bien plus commun que celle par qui on était arrivés là. On s'est mis d'accord sur des pointes bleues. En anglais. Elle a bien pris note d'un vert sur 50 cm en espagnol. On ne s'est pas comprises. Mais quand on a compris qu'on ne l'avaient pas comprise, c'était trop tard. Trop tard du genre irrémédiable, capillairement parlant.

Alors après l'excitation, j'ai vu sur ce visage que j'aime tant le doute, la colère, la tristesse et la résignation. Maculée de ce sang bleu sur les épaules, elle me fait penser (toute mesure gardée...) à un soldat qui observerait l'ampleur des dégâts.